Actualités

Un Mois, un document

Du 01/02/2017 au 28/02/2017 Histoire

Jusqu’en 1792, l'état civil est tenu par le curé sous la forme des registres paroissiaux pour relever les baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse. C’est l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 qui rend obligatoire la tenue des registres de baptêmes dans les paroisses. Puis l’ordonnance de Blois en 1579 impose l’enregistrement d’une part des mariages et d’autre part des sépultures. 

Nombreuses seront toutefois les paroisses à ne pas tenir les registres dès la promulgation de l'ordonnance de 1539. Ainsi, les registres du Château d'Olonne conservés par la Ville  commencent à partir de 1637 pour les baptêmes, 1641 pour les sépultures et 1674 pour les mariages. Des lacunes sont à déplorer surtout pour les sépultures dont il manque de longues périodes. Que sont devenus les registres manquants ? 

Reconstituer les registres

La collection conservée aux Archives départementales de la Vendée permet pour certaines périodes de combler ces lacunes. En avril 1667, la tenue des registres en double exemplaire est en effet instaurée par une ordonnance exigeant le dépôt annuel d’un exemplaire au greffe des tribunaux d'Ancien Régime qui a ensuite été versé aux Archives départementales. En numérisant la collection « communale » et celle du « greffe » pour reconstituer la collection, les Archives de la Vendée ont reconstitué l’ensemble des registres. Les Archives départementales conservent ainsi un registre paroissial antérieur à la collection municipale couvrant la période de janvier à octobre 1632 ! Malgré ce travail de reconstitution, certaines périodes manquent encore et s'expliquent en grande partie par la multiplication et la défaillance des officiers chargés de conserver les registres. En outre, la tenue du deuxième registre ne devient systématique qu’après une nouvelle ordonnance de 1736 qui rappelle et complète l'ordonnance de 1667.

Le décret des 20 septembre 1792 laïcise l’état civil. Leur tenue (en double exemplaires, un à la mairie, l'autre au greffe) est transférée aux mairies qui récupèrent par la même occasion les anciens registres paroissiaux. Ceci explique que les archives en soient aujourd'hui détenteurs. Les registres paroissiaux et d'état civil constituent aujourd'hui le fonds le plus ancien des archives municipales de la Ville et sont régulièrement consultés par le public pour la généalogie. Ils sont consultables sur le site www.archives.vendee.fr.