Actualités

Archives de la famille Colins : une histoire retracée

A partir du 06/06/2017 Numérisation

Henri Colins
Né le 3 février 1860 à Paris, fils d'un inspecteur des Eaux et Forêts et gendre de M. Stéphane Halgan qui fut sénateur de la Vendée de 1879 à 1882, Henri Colins demeure au château du Fenestreau, au Château d'Olonne. Il est élu conseiller municipal de Château-d'Olonne en 1892 et en devint maire en 1900. Il entre au Conseil général pour y représenter le canton des Sables-d'Olonne en 1913, pour y demeurer jusqu'en 1925. Aux élections générales législatives du 11 mai 1924, il prend la dernière place de la liste du cartel vendéen d'union nationale, qui fut élue tout entière. Il recueille personnellement 52.414 voix sur 103.924 votants. N'appartenant à aucun groupe, il partage son temps entre la Commission de la marine marchande et celle de la marine militaire. Il collabore à la Revue du Bas-Poitou et fut rédacteur du journal saisonnier La Plage. Président fondateur de la Société archéologique locale Olona (1929-1933), il écrivit plusieurs nouvelles, articles de folklore et légendes : Les Pierres folles, Le Puits d'enfer, Légende d'une page d'Histoire, et quelques plaquettes d'histoire locale : Journal des événements occasionnés par les Anglais sur nos côtes (1900), La Prise des Sables par les protestants en 1570 et 1577 (1929), Trouvailles monétaires du Château-d'Olonne (1931), ainsi qu'un Petit guide du touriste aux Sables-d'Olonne et aux environs, Il meurt au Château-d'Olonne le 17 octobre 1933, à l'âge de 73 ans. - See more at: http://admn.diffusion.chateau.ligeo-archives.com/archives/fonds/FRAM85060_1Ph#sthash.znFX4j6r.dpuf

Le personnage emblématique de ce fonds est Henri Colins. Né le 3 février 1860 à Paris, fils d'un inspecteur des Eaux et Forêts, Henri Colins épouse Pauline Halgan, fille du sénateur Emmanuel Halgan. Il est élu conseiller municipal de Château-d'Olonne en 1892 et en devint maire en 1900. Il entre au Conseil général pour y représenter le canton des Sables-d'Olonne en 1913, pour y demeurer jusqu'en 1925. Aux élections générales législatives du 11 mai 1924, il prend la dernière place de la liste du cartel vendéen d'union nationale, qui fut élue tout entière. N'appartenant à aucun groupe, il partage son temps entre la Commission de la marine marchande et celle de la marine militaire. Il collabore à la Revue du Bas-Poitou et fut rédacteur du journal saisonnier La Plage. Président fondateur de la Société archéologique locale Olona (1929-1933), il écrivit plusieurs nouvelles, articles de folklore et légendes ainsi qu'un Petit guide du touriste aux Sables-d'Olonne et aux environs.

Ses fils sont également les personnages centraux de ce fonds. Nés le 1er juillet 1897 à Vertou, Paul et  Pierre Colins ont seulement 19 ans lorsqu'ils sont incorporés au 51e régiment d'artillerie de  campagne en août 1916. Cités à l'ordre de leur régiment, ils obtiennent la croix de guerre en octobre 1916  pour Paul et en novembre 1917 pour Pierre. A la fin de la guerre, Pierre poursuivra son  métier d'ingénieur dans le génie civil sur Paris. Paul se retire dans la demeure familiale du Fenestreau et présidera aux destinées de la commune en tant que Maire à partir de 1933. Durant la seconde Guerre Mondiale, il est fait prisonnier de guerre le 16 mai 1940 à Landousy (Aisne) et interné au Stalag X B. Il est rapatrié et démobilisé le 11 août 1941. Il assure ses fonctions de  Maire du Château d'Olonne jusqu'en 1947.

Le fonds se compose de deux inventaires :

-l'inventaire sous la cote 16 Num se compose essentiellement de portraits photographiques, de carte-photos de la famille Colins et de la Famille Halgan (Emmuel Halgan était le beau-père de Henri Colins), de photographies sur des thèmes variés tels que la reconstruction de l'église Saint-Hilaire à la fin du XIXe siècle, le naufrage de l'Infernet en 1910, les activités de la Société Hippique Rurale à Avrillé, la vie religieuse de la commune, et des photographies de classe. Un état signalétique des services du Capitaine Jean Colin né en 1782 et grand-père de Henri Colins termine ce fonds.

Henri Colins est également l'auteur de plus de 250 plaques de verres dont une petite partie est présentée sur ce site sous la côte 1Ph et qui sera prochainement complété par plus de 150 plaques de verres recemment numérisées. Elles reflètent la vie quotidienne de cette famille entre loisirs et sorties. Ses deux fils sont bien évidemmment l'objet principal de ses photographies que l'on suit depuis leur plus jeune âge jusqu'à l'âge adulte. Henri Colins a également beaucoup photographié la vie quotidienne de la commune : la vie religieuse, les travaux agricoles, la reconstruction de l'église Saint-Hilaire. Ce fonds très important pour l'histoire locale de la commune témoigne non seulement de la vie d'une famille bourgoise mais aussi d'une époque : celle de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle au Château d'Olonne.